BICÉPHALISME AU PRVM FASOKO : DEUX CAMPS ATTENDUS AU TRIBUNAL DE LA COMMUNE VI ET UN CONGRÈS EXTRAORDINAIRE LE 27 FÉVRIER POUR CHASSER LE PRÉSIDENT MAMADOU OUMAR SIDIBÉ

Le torchon brûle entre les militants du  Parti pour la Restauration des Valeurs du Mali (PRVM Fasoko). Resté longtemps à l’écart des querelles intestines, et des démons de la division, le parti est aujourd’hui confronté à un bicéphalisme. Deux camps sont attendus au tribunal de première  instance de la  commune VI le mardi 23 février


Réunis en grand nombre ce Jeudi 15 février 2021  au siège du parti à Boulkassoumbougou en commune I du district de Bamako au cours d’un point de presse, le collectif des délégués et membres du Bureau Exécutif  National contestataires  annonce  la tenue  d’un Congrès Extraordinaire  prévu pour  ce 27 février 2021 pour mettre de l’ordre dans le parti  et chasser définitivement  Mamadou Oumar Sidibé président.

Cette rencontre avec les hommes de medias  qui s’est tenue dans une ambiance électrique   en présence des militants, militantes et sympathisants du parti  des 6 communes du district de Bamako  visait deux objectifs à savoir : Donner la bonne information sur la situation que traverse en ce moment le parti PRVM Fasoko d’une part, et d’autre  part  annoncer la tenue très prochainement  d’un congrès extraordinaire.

Le collectif  des délégués et membres  du Bureau Exécutif National du parti PRVM Fasoko  entend  faire de ce Congrès Extraordinaire une occasion pour nettoyer le parti  et mettre de l’ordre.

Tour à tour les différents intervenants qui se sont succédés ont  dénoncé les mauvaises conditions d’organisations du congrès du parti  le 27 Décembre 2020  en violation flagrante des  statuts et règlements du parti. Toute chose qui a suscité la colère, l’indignation, et l’incompréhension des militants.

Selon  Abdoul Karim  koita,  membre du Bureau Politique National du PRVM Fasoko, conformément à l’article 17 du règlement intérieur du parti, le Congres Extraordinaire peut être convoqué par le président ou les 2 /3 de ses membres. Cette situation nous réconforte dans notre  prise de position, et surtout notre souhait aujourd’hui d’aller vers un Congrès Extraordinaire. « Aujourd’hui, les militants sont plus que jamais déterminés à mettre de l’ordre au sein du parti et 33 Secrétaires Généraux des sections et les militants à la base sont favorables  à ce Congrès Extraordinaire. Et  36 sur 49 sections  sont de nos jours d’accord », a-t-il soutenu avant d’ajouter que  « la base est plus que jamais mobilisée pour que ce Congrès Extraordinaire soit un franc succès ».

Sur  la question relative à l’exclusion de 53 membres du parti par le président  Mamadou Oumar Sidibé le 13 janvier 2021, Souleymane Samaké, membre du collectif  des contestataires dira que c’est une décision  sans effet et nul, car elle a été prise en violation des textes et règlements du parti  notamment les articles 38 40 et 41  qui stipulent que pour toutes fautes  la sanction est d’abord l’émanation de la base  et ensuite  entérinée par le Bureau Politique  National.

Le président de la jeunesse, Ousmane Sangaré, a fustigé le comportement du président Mamadou Oumar Sidibé. Selon lui, les conditions d’organisation du Congrès sont de nature à créer le désordre au sein du parti pour des intérêts inavoués. « Nous avons été exclus du parti sans base juridique, sans fondement et en violation des textes du parti », a-t-il martelé.

Il a aussi saisi cette tribune pour demander aux militants, militantes et sympathisants du parti de rester mobilisés pour le Congrès Extraordinaire et toutes les autres actions futures à venir.

Mohamed Kanouté

Source : Mali24

Laisser un commentaire

Articles associés