France đŸ‡«đŸ‡·: L’homme qui a giflĂ© le prĂ©sident Macron dit n’avoir “aucun regret”

L'homme condamnĂ© Ă  quatre mois de prison ferme pour avoir giflĂ© le prĂ©sident français Emmanuel Macron, a dit n'avoir “aucun regret” Ă  sa sortie de prison samedi.
“J'exprime aucun regret au sujet de cet acte”, a dĂ©clarĂ© sur BFM TV Damien Tarel, 28 ans, sorti samedi matin de la prison de Valence (Sud-Est) oĂč il a purgĂ© une peine de trois mois. “Il s'agit juste d'un petit soufflet, je pense que Macron s'en est remis extrĂȘmement bien”, a-t-il ajoutĂ© pour qualifier son geste.
En marge d'un dĂ©placement d'Emmanuel Macron dans la DrĂŽme (Sud-Est) le 8 juin, ce passionnĂ© du Moyen Age avait frappĂ© le prĂ©sident de la RĂ©publique au visage au cri de “Montjoie Saint-Denis” (un cri de guerre royaliste, Ă©galement popularisĂ© par la comĂ©die Ă  succĂšs “Les Visiteurs” en 1993) et “A bas la macronie”. “On n'est pas sur un tabassage comme il a pu y en avoir dans les manifestations de gilets jaunes oĂč il s'agit d'un peuple qui exprime son mĂ©contentement”, a poursuivi le jeune homme aux longs cheveux bruns, coiffĂ© d'un bĂ©ret noir.
Son acte avait provoqué une importante vague de protestations au sein de la classe politique française.
JugĂ© en comparution immĂ©diate deux jours, l'homme sans emploi et vivant des minima sociaux avait alors reconnu son ancrage Ă  la droite du spectre politique. “Ce jour-lĂ , j'Ă©tais venu contester le prĂ©sident Emmanuel Macron et ce que j'ai vu, ce sont des travailleurs gilets jaunes (du nom du mouvement de protestation nĂ© en France fin 2018, NDLR) qui Ă©taient lĂ  pour manifester leur mĂ©contentement, des gens qui travaillent trĂšs dur, souvent ĂągĂ©s, qui se sont fait exfiltrer par des forces de police payĂ©es par leurs impĂŽts” et “ça m'a rĂ©voltĂ©”,
AFP

Laisser un commentaire

Articles associés