Discours du Président de la Maison de la Presse à l’occasion de la célébration du 3 mai 2022

Estimée membres de la forte délégation de la HAC avec à sa tête le Ministre Gaoussou DRABO

Madame la Représente du MCEMA
Madame la Représentante de l’UNESCO

Monsieur le Président du GPAC
Mesdames et Messieurs les Responsables des Associations et Organisations Professionnelles de la Presse

  • Mesdames et Messieurs, Honorables Invités
  • Chers confrères,
    La Maison de la Presse du Mali vous remercie d’avoir effectué massivement le déplacement pour célébrer la journée mondiale de la Liberté de la Presse.

Habituellement, nous organisons une semaine nationale de la Liberté de la Presse.

Cette année, à cause de la situation sociale et économique précaire du pays, nous avons opté pour un format de célébration simple très significatif dans l’honneur et dans la dignité.

Chers confères, nous célébrons cette journée dans un contexte marqué par :

  • La disparition prolongée du journaliste Birama TOURE depuis six ans , l’enlèvement et la détention forcée de Hamadoun NIALIBOULY de la radio Dandé de Douentza depuis le 27 septembre 2020, de Moussa Bana DICKO de la radio Dandé Hairé de Boni, d’Olivier Dubois, journaliste français vivant au Mali, depuis dix ans avec sa famille, enlevé le 8 avril 2021

Nous avons maintes fois attiré l’attention des plus hautes autorités de notre pays sur leur situation. L’occasion est aujourd’hui bonne de le rappeler.

Chers confères, nous célébrons cette journée dans un contexte marqué par également par :

  • la précarité sans précédent dans laquelle est plongée la Presse malienne.

Cette précarité a comme conséquences la parution irrégulière des journaux, la diminution des heures d’émissions des radios sinon leur fermeture pure et simple, l’incertitude sur la vie même des Télévisons confrontées aux lourdes charges et à une concurrence déloyale impitoyable ; une presse en ligne qui ne demande que l’adoption de ses textes lui permettant de nettoyer son espace.

Chers confères,
Le thème choisit, en cette 31ème édition de la journée mondiale de la liberté de la Presse cadre parfaitement avec la réalité nationale.

Le monde actuel connait une évolution rapide dans le domaine des médias. Cette évolution est rendue possible grâce au développement spectaculaire des nouvelles technologies de l’information, de la communication et le triomphe des médias sociaux.

De nos jours, les médias classiques cherchent à s’imposer dans ce monde nouveau en s’appuyant sur les nouvelles opportunités de production et de diffusion.

En effet, le développement des médias engendre une évolution des libertés notamment la liberté d’expression. Il pose également l’épineuse question de l’indépendance, de l’impartialité ; bref du professionnalisme des médias.

Au Mali, pays confronté à une situation politique, sécuritaire, institutionnelle précaire, le rôle et la place des médias dans la résolution de la crise semblent primordiaux.

Notre pays connait un environnement médiatique singulier. Après la révolution de mars 1991, des conditions très favorables sont créées pour l’autorisation et l’exploitation des médias.
Le pays s’est retrouvé rapidement avec un nombre important de parutions plus de 200 ; de radios de proximité près de 500, une quarantaine de chaines de télévisons ; un nombre important de site d’information.
À partir des années 2014, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a vu le jour. Son défi premier était d’assainir le secteur des médias notamment celui des radios par la régularisation de leur situation administrative, le blocage des créations anarchiques et le suivi des contenus parfois scandaleux.
Avec la création de la HAC, la situation administrative des télévisons est clarifiée peu à peu. Des appels à candidature sont organisés dont la finalité était de régulariser les télévisons déjà opérationnelles et fonctionnant illégalement.

En réalité, la HAC n’a pas échappé à la soif de création d’organe dans un pays où le média est loin d’être une vraie entreprise.
Il reste beaucoup plus cet outil social, dont le rôle demeure la création d’une communauté se donnant des habitudes et des valeurs à préserver. Ces habitudes peuvent toucher tous les aspects de la vie.

S’agissant de cette institution la (HAC) dont le rôle est essentiel dans les Etats modernes, que ce soit dans l’attribution ou le retrait des autorisations d’établissement et d’exploitation des fréquences ou dans les processus électoraux ; l’intervention du chef de l’Etat est sollicité pour rendre à notre HAC sa fierté et préserver les acquis inestimables qu’elle a pu obtenir en seulement quelques années d’existence.

La HAC demeure un précieux outil dans les Etats démocratiques modernes. Elle peut et doit éviter à nos gouvernants la prise de décisions hâtives, inutiles et néfastes pour l’image du pays.

Ces médias maliens sont aujourd’hui bousculés par l’ascension fulgurante des réseaux sociaux. Une dualité et une interpénétration s’imposent.
Aux médias classiques s’ajoutent un nombre indéterminé de sites d’information, de plateformes digitales et même de pages Face book largement suivis par des millions de personnes et qui occupent plusieurs milliers de personnes.

Face à la montée en force des nouveaux supports de diffusion, les médias classiques s’adaptent et vont à la recherche de leurs auditeurs sur les réseaux sociaux.

De plus en plus, des médias classiques diffusent, publient les contenus des médias sociaux.
La digitalisation de la Presse offre de nombreux avantages comme :

  • Accès des populations à une information plurielle
  • Couverture d’une bonne partie du territoire national par les différents médias
  • Possibilité de toucher une bonne partie du monde
  • Interactivité entre celui qui informe et ceux qui reçoivent l’information
  • Possibilité de voir des images, d’écouter les sons et d’apprécier l’importance de l’audience.

Outre les avantages cette digitalisation a des conséquences :

  • Diffusion des fausses informations
  • Perte du terrain par les professionnels au profit des acteurs des médias sociaux sans ligne éditoriale et déontologiques conséquente.
  • Aggravation de la manipulation, de l’intolérance et de l’appel à la haine
  • Confusion totale au sein de l’opinion sur le rôle et le statut du journaliste.

Force est de reconnaître que la question du professionnalisme, de l’indépendance, de la liberté, du respect de l’éthique et de la déontologie se pose avec gravité.

Chers confères,
Les défis pour l’émergence des médias viables, responsables, professionnels indépendants, libres et impartiaux au Mali sont nombreux.

Au Mali, le défi premier pour le développement des médias reste l’adaptation des textes aux réalités du monde actuel.

La Maison de la Presse et ses partenaires du Ministère de la Communication, de la HAC , du monde judiciaire et de la société civile ont fait des travaux de relecture des textes régissant les médias maliens.

En effet, plusieurs questions y sont abordées notamment :

  • la redéfinition du statut de journaliste
  • les projets de loi sur la Presse en ligne
  • la dépénalisation des délits de Presse
  • l’aide publique aux médias.
  • la loi d’accès à l’information.
    Aujourd’hui, du haut de cette tribune, nous invitons le gouvernement de Transition à faire le choix d’une refondation réelle qui ne nécessite pas des discours et des slogans, des actions spectaculaires aux conséquences futures dangereuses mais des actes concrets, visibles, mesurables et appréciables.
    Deux possibilités s’offrent au gouvernement : Continuer sa stratégie de l’indifférence, d’appauvrissement de la Presse au profit de supports éphémères ou s’engager dans l’adoption des nouveaux textes qui permettront de rendre notre société saine et épanouie.

La relecture des textes régissant les médias maliens initiée par la Maison de Presse avec la collaboration des acteurs du monde judiciaire, de la société civile, du département de la Communication et de la Haute Autorité de la Communication est une réponse appropriée.

Seule une réelle volonté politique permettra cette révolution indispensable dans le secteur des médias en particulier et de la société en général.

Parallèlement, la mobilisation générale des Hommes de médias est indispensable pour l’adoption des nouveaux textes.

En outre, la Presse malienne a aujourd’hui besoin d’un accompagnement de tous les partenaires pour la mise en œuvre de ses actions de plaidoyers, de renforcement de capacité des journalistes et de protection des journalistes.

Au Mali, la Presse fut un des acteurs principaux de la naissance de démocratie. Cette presse malienne plurielle a connu un parcours contrasté.

Sous l’emprise du numérique cette Presse cherche à se reconstruire, à de développer et à s’épanouir dans un environnement social, politique, économique et sécuritaire précaire.

Aujourd’hui, la Presse malienne a besoin de l’assistance de tous les défenseurs de la liberté et de la démocratie et des Droits de l’Homme.

Elle a besoin d’une réelle volonté politique historique par l’adoption des nouveaux textes, condition sine qua non, à la refondation nationale.
Pour terminer, je souhaite à chacun et chacune une bonne fête.
Puisse l’édition prochaine trouver, que les nouveaux textes régissant les médias maliens sont adoptés.
Je vous remercie de votre aimable attention.

Bamako le 08 mai 2022

Bandjougou Dante

Laisser un commentaire

Articles associés