Le Premier ministre aux forces vives de la 7è région : «Gao doit rester en tête de peloton des soutiens de l’unité nationale»

Les populations de la Région de Gao ont encore une fois fait la preuve de leur attachement indéfectible à l’unité nationale, en se mobilisant, toutes communautés confondues, pour réserver un accueil exceptionnel au Premier ministre et sa délégation. La mobilisation était à la hauteur de l’événement qui a fait vibrer la capitale de la 7è région administrative du Mali vendredi, samedi et dimanche derniers. Le Premier ministre y conduisait une forte délégation composée de huit membres du gouvernement et des membres du Conseil national de Transition (CNT).

La signification de cet accueil enthousiaste n’a pas échappé au chef du gouvernement qui a rappelé opportunément que la Cité des Askia s’est déjà distinguée par son attachement à l’unité de notre pays au moment de l’occupation de la ville par les séparatistes et leurs alliés terroristes en 2012. Dr Choguel Kokalla Maïga s’exprimait lors de sa rencontre avec les forces vives de la Cité des Askia.

Le Premier ministre a révélé à ses interlocuteurs que le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lui a demandé de faire en sorte que les populations de Gao se sentent à 100% des Maliens. « Quand tout le monde pensait que le Mali était fini, c’est Gao qui a dit non, le pays ne sera pas divisé », a rappelé Dr Choguel Kokalla Maïga, ajoutant que tout Malien est fier des populations de Gao.

Pour le chef du gouvernement, Gao doit maintenir le flambeau de l’unité de la République du Mali et surtout rester en tête de peloton des régions qui se battent pour la cohésion nationale. Chose qui n’est pas une tâche difficile au regard des moyens intellectuels et humains, des ressources naturelles existant en abondance. « Faites en sorte que vous imposiez l’unité nationale », a exhorté le Premier ministre tout en demandant aux habitants de la Cité des Askia d’aider les FAMa à attraper les quelques bandits qui profitent de l’insécurité pour régler des comptes.

PAS DE PROVOCATION– Au cours de la même rencontre, la question de l’appartenance effective de Kidal à la République du Mali a été abordée. À ce sujet, le chef du gouvernement a fait une mise au point : « Kidal est et demeura une partie de notre pays». Dr Choguel Kokalla Maïga a expliqué que le but de sa visite à Gao est de recenser les préoccupations des populations afin d’y apporter des réponses. Cet exercice pourra concerner d’autres régions du Mali, y compris Kidal, si telle est la volonté de ses habitants. Parlant d’une probable visite dans la capitale de l’Adrar des Ifogas, le chef du gouvernement dira que cela ne relèverait d’aucune intention de provocation.

« Parce que nous ne voulons pas de la provocation», a-t-il précisé. Et toute provocation pouvant conduire à une reprise des hostilités, a rassuré Choguel Kokalla Maïga, est contraire à la philosophie du gouvernement et aux intérêts de notre pays. Toutefois, il a martelé que le Mali peut pas être divisé. « Une fois que cela est compris, tout le reste peut se négocier», a-t-il déclaré, répétant que tout discours tendant à la provocation, à pousser les Maliens les uns contre les autres, n’est pas celui du gouvernement.

Cette visite a permis au chef du gouvernement d’être en contact direct avec les différentes communautés et couches sociales, des responsables de la société civile, les autorités administratives et les légitimités traditionnelles et religieuses de la Région de Gao.

L’occasion était bonne pour le gouverneur de Gao, le général Moussa Traoré, de souligner les efforts consentis par les autorités de la Transition en faveur de sa circonscription administrative. Le chef de l’exécutif régional a ensuite égrené quelques préoccupations ayant trait à la mauvaise desserte de la Cité des Askia en eau, en électricité, sans compter les difficultés liées à la connexion internet. Le général Moussa Traoré a indiqué que l’urgence demeure la reprise des travaux de la route Gao-Sévaré, des travaux de construction du barrage de Taoussa et de la route Gao-Bourem-Taoussa.

Et aussi la dotation des représentations régionales de l’EDM et de la Somagep en nouveaux groupes électrogènes avant la période de grande chaleur. Les mêmes préoccupations ont été rappelées par les responsables des Cadres de concertation de la Région, de la Coordination des associations et ONG féminines (Cafo) régionale et du Conseil régional des jeunes.

Le Premier ministre a rassuré que les préoccupations seront transmises à qui de droit. En outre, Choguel Kokalla Maïga a expliqué l’importance du soutien que tout peuple doit accorder à son armée. Car, l’armée étant le principal outil de la souveraineté d’un pays, le premier outil de décision politique. « C’est la colonne vertébrale d’une nation», a-t-il rappelé pour rendre un hommage mérité aux FAMa.

Le chef du gouvernement a soutenu que la priorité des autorités de la Transition est d’avoir un état sécurisé. Il a rappelé à ce propos que les élections, la politique, l’agriculture, la religion…tout cela n’a de sens que lorsqu’un pays est sécurisé.

600 TONNES DE VIVRES- Le chef du gouvernement a procédé à la remise de vivres, des matériels agricoles et des tricycles aux démunis de la Région de Gao. C’est ainsi que 600 tonnes de vivres ont été distribuées aux déplacés de Gao, Ansongo et Bourem. Dr Choguel Kokalla Maïga a visité aussi le site de la future université de Gao. Ce site d’une superficie de plus de 500 hectares est situé à Béra, à 7 km de la ville. Après avoir rassuré que des dispositions seront prises pour la construction de l’université, le Premier ministre a indiqué que l’espace pouvait aller jusqu’à 1.000 hectares afin d’y pratiquer des expérimentations agricoles.

Aussi, l’hôte de marque a inauguré le système d’irrigation d’un périmètre de 50 hectares dans le village de Bagoundjè, non loin de la ville de Gao. La séance de prière ayant drainé du monde au stade Kassé Kéïta de Gao a permis de faire des bénédictions pour notre pays et aux autorités de la Transition.

Le Premier ministre a bouclé sa visite dimanche par la rencontre avec les forces vives de Bourem et d’Ansongo et un repas de corps avec les Forces armées maliennes.

Envoyé spécial

Oumar DIAKITE

Source : L’Essor

Articles associés