MALI | ๐ƒ๐ข๐ฌ๐œ๐จ๐ฎ๐ซ๐ฌ ๐๐ž ๐Œ. Mossa Ag Attaher, ๐ฆ๐ข๐ง๐ข๐ฌ๐ญ๐ซ๐ž ๐๐ž๐ฌ ๐Œ๐š๐ฅ๐ข๐ž๐ง๐ฌ รฉ๐ญ๐š๐›๐ฅ๐ข๐ฌ ร  ๐ฅ’๐„๐ฑ๐ญรฉ๐ซ๐ข๐ž๐ฎ๐ซ ๐ž๐ญ ๐๐ž ๐ฅ’๐ˆ๐ง๐ญรฉ๐ ๐ซ๐š๐ญ๐ข๐จ๐ง ๐€๐Ÿ๐ซ๐ข๐œ๐š๐ข๐ง๐ž, ร  ๐ฅ’๐จ๐œ๐œ๐š๐ฌ๐ข๐จ๐ง ๐๐ž ๐ฅ๐š ๐œรฉ๐ซรฉ๐ฆ๐จ๐ง๐ข๐ž ๐’๐จ๐ฎ๐ฏ๐ž๐ซ๐ญ๐ฎ๐ซ๐ž ๐๐ž๐ฌ ๐„๐ญ๐š๐ญ๐ฌ ๐†รฉ๐งรฉ๐ซ๐š๐ฎ๐ฑ ๐๐ž ๐ฅ๐š ๐Œ๐ข๐ ๐ซ๐š๐ญ๐ข๐จ๐ง ๐ž๐ญ ๐๐ž๐ฌ ๐œ๐จ๐ง๐œ๐ž๐ซ๐ญ๐š๐ญ๐ข๐จ๐ง๐ฌ ๐š๐ฏ๐ž๐œ ๐ฅ๐ž๐ฌ ๐Œ๐š๐ฅ๐ข๐ž๐ง๐ฌ รฉ๐ญ๐š๐›๐ฅ๐ข๐ฌ ร  ๐ฅ’๐ž๐ฑ๐ญรฉ๐ซ๐ข๐ž๐ฎ๐ซ.

๐๐š๐ฆ๐š๐ค๐จ (๐‚๐ˆ๐‚๐), ๐ฅ๐ž ๐Ÿ๐Ÿ• ๐š๐จuฬ‚๐ญ ๐Ÿ๐ŸŽ๐Ÿ๐Ÿ‘

โ–ช๏ธ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ท๐’“๐’†๐’Ž๐’Š๐’†๐’“ ๐’Ž๐’Š๐’๐’Š๐’”๐’•๐’“๐’†, ๐‘ช๐’‰๐’†๐’‡ ๐’…๐’– ๐‘ฎ๐’๐’–๐’—๐’†๐’“๐’๐’†๐’Ž๐’†๐’๐’• ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ท๐’“eฬ๐’”๐’Š๐’…๐’†๐’๐’• ๐’…๐’– ๐‘ช๐’๐’๐’”๐’†๐’Š๐’ ๐‘ต๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’ ๐’…๐’† ๐‘ป๐’“๐’‚๐’๐’”๐’Š๐’•๐’Š๐’๐’ ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐‘ท๐’“eฬ๐’”๐’Š๐’…๐’†๐’๐’•๐’” ๐’†๐’• ๐’“๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’•๐’” ๐’…๐’†๐’” ๐‘ฐ๐’๐’”๐’•๐’Š๐’•๐’–๐’•๐’Š๐’๐’๐’” ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐‘นeฬ๐’‘๐’–๐’ƒ๐’๐’Š๐’’๐’–๐’† ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ด๐’Š๐’๐’Š๐’”๐’•๐’“๐’† ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐‘น๐’†๐’‡๐’๐’๐’…๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’† ๐’โ€™๐‘ฌ๐’•๐’‚๐’• ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’Ž๐’†๐’Ž๐’ƒ๐’“๐’†๐’” ๐’…๐’– ๐‘ฎ๐’๐’–๐’—๐’†๐’“๐’๐’†๐’Ž๐’†๐’๐’• ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐‘จ๐’Ž๐’ƒ๐’‚๐’”๐’”๐’‚๐’…๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’†๐’• ๐‘ช๐’๐’๐’”๐’–๐’๐’” ๐’…๐’– ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š ๐’Š๐’๐’—๐’Š๐’•eฬ๐’” ๐’‚๐’– ๐‘ฌ๐‘ฎ๐‘ด๐‘ช ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’Ž๐’†๐’Ž๐’ƒ๐’“๐’†๐’” ๐’…๐’– ๐‘ช๐’๐’๐’”๐’†๐’Š๐’ ๐‘ต๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’ ๐’…๐’† ๐‘ป๐’“๐’‚๐’๐’”๐’Š๐’•๐’Š๐’๐’ ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’ˆ๐’๐’–๐’—๐’†๐’“๐’๐’†๐’–๐’“๐’” ;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐‘ด๐’๐’–๐’”๐’”๐’‚ ๐‘ด๐’‚๐’“๐’‚, ๐’‚๐’๐’„๐’Š๐’†๐’ ๐‘ท๐’“๐’†๐’Ž๐’Š๐’†๐’“ ๐’Ž๐’Š๐’๐’Š๐’”๐’•๐’“๐’†;
โ–ช๏ธ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’‚๐’๐’„๐’Š๐’†๐’๐’” ๐’Ž๐’Š๐’๐’Š๐’”๐’•๐’“๐’†๐’” ;
โ–ช ๐‘ด๐’‚๐’…๐’‚๐’Ž๐’† ๐’๐’† ๐‘ด๐’‚๐’Š๐’“๐’† ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐‘ช๐’๐’Ž๐’Ž๐’–๐’๐’† ๐‘ฐ๐‘ฐ๐‘ฐ ๐’…๐’– ๐‘ซ๐’Š๐’”๐’•๐’“๐’Š๐’„๐’• ๐’…๐’† ๐‘ฉ๐’‚๐’Ž๐’‚๐’Œ๐’ ;
โ–ช ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ช๐’๐’๐’“๐’…๐’Š๐’๐’‚๐’•๐’†๐’–๐’“ ๐’…๐’– ๐‘บ๐’š๐’”๐’•eฬ€๐’Ž๐’† ๐’…๐’†๐’” ๐‘ต๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’” ๐‘ผ๐’๐’Š๐’†๐’” ๐’‚๐’– ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š ;
โ–ช ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘น๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’• ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐‘ซeฬ๐’eฬ๐’ˆ๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’† ๐’โ€™๐‘ผ๐’๐’Š๐’๐’ ๐‘ฌ๐’–๐’“๐’๐’‘eฬ๐’†๐’๐’๐’† ;
โ–ช ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ช๐’‰๐’†๐’‡ ๐’…๐’† ๐‘ด๐’Š๐’”๐’”๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’† ๐’โ€™๐‘ถ๐’“๐’ˆ๐’‚๐’๐’Š๐’”๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’Š๐’๐’•๐’†๐’“๐’๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’๐’† ๐’‘๐’๐’–๐’“ ๐’๐’†๐’” ๐‘ด๐’Š๐’ˆ๐’“๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’” ๐’‚๐’– ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š ;
โ–ช ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’“๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’•๐’” ๐’…๐’– ๐’„๐’๐’“๐’‘๐’” ๐’…๐’Š๐’‘๐’๐’๐’Ž๐’‚๐’•๐’Š๐’’๐’–๐’† ๐’†๐’• ๐’„๐’๐’๐’”๐’–๐’๐’‚๐’Š๐’“๐’† ๐’†๐’• ๐’“๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’•๐’” ๐’…โ€™๐’๐’“๐’ˆ๐’‚๐’๐’Š๐’”๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’” ๐’Š๐’๐’•๐’†๐’“๐’๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’๐’†๐’” ๐’‚๐’„๐’„๐’“eฬ๐’…๐’Š๐’•eฬ๐’” ๐’‚๐’–๐’‘๐’“eฬ€๐’” ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐‘นeฬ๐’‘๐’–๐’ƒ๐’๐’Š๐’’๐’–๐’† ๐’…๐’– ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š ;
โ–ช ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ท๐’“eฬ๐’”๐’Š๐’…๐’†๐’๐’• ๐’…๐’– ๐‘ช๐’๐’๐’”๐’†๐’Š๐’ ๐‘ต๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’ ๐’…๐’– ๐‘ท๐’‚๐’•๐’“๐’๐’๐’‚๐’• ๐’…๐’– ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š ;
โ–ช ๐‘ด๐’๐’๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’๐’† ๐‘ท๐’“eฬ๐’”๐’Š๐’…๐’†๐’๐’• ๐’…๐’– ๐‘ช๐’๐’๐’”๐’†๐’Š๐’ ๐‘ต๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’ ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐‘บ๐’๐’„๐’Šeฬ๐’•eฬ ๐‘ช๐’Š๐’—๐’Š๐’๐’† ;
โ–ช ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐‘น๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’•๐’” ๐’…โ€™๐’๐’“๐’ˆ๐’‚๐’๐’Š๐’”๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’ ๐’…๐’†๐’” ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š๐’†๐’๐’” eฬ๐’•๐’‚๐’ƒ๐’๐’Š๐’” aฬ€ ๐’โ€™๐’†๐’™๐’•eฬ๐’“๐’Š๐’†๐’–๐’“ ๐’†๐’• ๐’‚๐’–๐’•๐’“๐’†๐’” ๐‘ด๐’‚๐’๐’Š๐’†๐’๐’” eฬ๐’•๐’‚๐’ƒ๐’๐’Š๐’” aฬ€ ๐’โ€™๐’†๐’™๐’•eฬ๐’“๐’Š๐’†๐’–๐’“ ;
โ–ช ๐‘ฌ๐’Ž๐’Š๐’๐’†๐’๐’•๐’†๐’” ๐’‘๐’†๐’“๐’”๐’๐’๐’๐’‚๐’๐’Š๐’•eฬ๐’” ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐’…๐’Š๐’‚๐’”๐’‘๐’๐’“๐’‚ ๐’Š๐’๐’•๐’†๐’๐’๐’†๐’„๐’•๐’–๐’†๐’๐’๐’† ๐’Ž๐’‚๐’๐’Š๐’†๐’๐’๐’† ;
โ–ช ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’„๐’‰๐’†๐’“๐’„๐’‰๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’†๐’• ๐’†๐’™๐’‘๐’†๐’“๐’•๐’” ๐’๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’–๐’™ ๐’†๐’• ๐’Š๐’๐’•๐’†๐’“๐’๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’‚๐’–๐’™ ;
โ–ช ๐‘ฌ๐’Ž๐’Š๐’๐’†๐’๐’•๐’†๐’” ๐’eฬ๐’ˆ๐’Š๐’•๐’Š๐’Ž๐’Š๐’•eฬ๐’” ๐’•๐’“๐’‚๐’…๐’Š๐’•๐’Š๐’๐’๐’๐’†๐’๐’๐’†๐’” ๐’…๐’– ๐‘ซ๐’Š๐’”๐’•๐’“๐’Š๐’„๐’• ๐’…๐’† ๐‘ฉ๐’‚๐’Ž๐’‚๐’Œ๐’ ;
โ–ช ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’“๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’•๐’” ๐’…๐’†๐’” ๐‘ถ๐’“๐’ˆ๐’‚๐’๐’Š๐’”๐’‚๐’•๐’Š๐’๐’๐’” ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐’”๐’๐’„๐’Šeฬ๐’•eฬ ๐’„๐’Š๐’—๐’Š๐’๐’† ;
โ–ช ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐‘ด๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’” ๐’๐’†๐’” ๐’“๐’†๐’‘๐’“eฬ๐’”๐’†๐’๐’•๐’‚๐’๐’•๐’” ๐’…๐’† ๐’๐’‚ ๐’‘๐’“๐’†๐’”๐’”๐’† ;
โ–ช ๐‘ซ๐’Š๐’”๐’•๐’Š๐’๐’ˆ๐’–eฬ๐’” ๐’Š๐’๐’—๐’Š๐’•eฬ๐’” ;
โ–ช ๐‘ด๐’†๐’”๐’…๐’‚๐’Ž๐’†๐’” ๐’†๐’• ๐’Ž๐’†๐’”๐’”๐’Š๐’†๐’–๐’“๐’”,

Je voudrais ร  l’entame de mes propos, souhaiter la chaleureuse bienvenue au Mali, pays du Diatiguiya ร  l’ensemble des participants venus aussi bien de l’extรฉrieur que de l’intรฉrieur. Je me rรฉjouis pleinement de l’engouement suscitรฉ par l’ensemble des acteurs et le grand intรฉrรชt manifestรฉ pour les รฉtats gรฉnรฉraux de la migration et le cadre de concertations avec les maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur.
โ€ข La prรฉsente rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en ล“uvre des recommandations
des Assises Nationales de la Refondation de l’Etat. Elle vise ร  crรฉer les conditions d’une participation accrue de la diaspora malienne au dรฉveloppement socio-รฉconomique et au renforcement de la cohรฉsion, de l’unitรฉ et de l’entente au sein des Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur et de rรฉflรฉchir ร  des solutions communes durables face enjeux migratoires actuels.
L’organisation des Etats Gรฉnรฉraux de la Migration et des concertations avec les Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur est la traduction opรฉrationnelle de l’attention de plus hautes autoritรฉs du Mali ร  l’รฉgard de sa diaspora et des questions migratoires. Cette attention a รฉtรฉ illustrรฉe par des actions concrรจtes parmi lesquelles nous pouvons citer :

  • la prรฉsence des reprรฉsentants des Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur au Conseil Nationalยฎ de Transition, au Haut Conseil des Collectivitรฉs et au Conseil Economique et Social et Culturel;
  • la participation des Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur aux Assises Nationales de la Refondation de l’Etat,
  • le renfoncement de la place des Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur dans la nouvelle
    Constitution;
  • . la participation qualitative et massive. des Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur aux รฉlections rรฉfรฉrendaires rรฉcemment organisรฉes;
  • l’accompagnement de plus de 10000 migrants de retour dans le processus de rรฉintรฉgration durable ร  travers de projet de rรฉinsertion;
  • l’assistance ร  prรจs de 15000 maliens en situation de dรฉtresse au cours des trois derniรจres annรฉes.

โ–ช๏ธMonsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement;
โ–ช๏ธDistinguรฉs participants;
โ–ช๏ธMesdames et Messieurs;
Le thรจme retenu pour les Etats Gรฉnรฉraux de la Migration et des Concertations avec les Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur est ยซ Mobilitรฉs humaines, facteurs d’intรฉgration, de dรฉveloppement et d’enrichissement culturel: Quelle contribution des Maliens รฉtablis ร  l’Extรฉrieur ร  la Refondation de l’Etat ?ยป.

Il s’agit, pendant trois jours, nos travaux permettront de faire un diagnostic des enjeux migratoires et de prรฉsenter des initiatives concrรจtes pour promouvoir davantage le rรดle de la diaspora dans le processus du dรฉveloppement national.
Les Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur constituent incontestablement une composante importante du capital humain national, un potentiel inestimable, en termes d’expertises diverses dont le rรดle dans le processus du dรฉveloppement est une rรฉalitรฉ. Leur engagement est une source d’รฉpargne mobilisable pour le financement du dรฉveloppement.
En outre, les Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur, au-delร  de leur contribution financiรจre et technique, disposent d’une capacitรฉ rรฉelle ร  dresser des ponts entre les pays d’accueil et d’origine pour faciliter ร  la fois les รฉchanges รฉconomiques et les transferts sociaux. Les migrants sont les vecteurs de la mondialisation oรน chacun dans la diversitรฉ participe ร  la formation et ร  l’harmonie d’une culture universelle.

โ–ช๏ธDistinguรฉs participants;
โ–ช๏ธMesdames et Messieurs;
Au-delร  des apports multiformes des migrants, vous conviendrez avec moi que la question de la migration irrรฉguliรจre est devenue l’une des prรฉoccupations majeures de notre temps. C’est triste de voir des milliers de jeunes migrants, dont beaucoup d’Africains, pรฉrir chaque annรฉe sur les routes migratoires. Cette tragรฉdie humaine doit heurter la conscience universelle, interpeller tous en tant que gouvernants et en tant qu’รชtres humains tout simplement.
Me rรฉfรฉrant aux donnรฉes de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), plus de cinquante mille (50 000) migrants ont perdu la vie de 2014 ร  nos jours dont plus de quatre mille (4000) en 2022. Au cours du premier trimestre 2023, prรจs de cinq cent
(500) migrants ont perdu la vie en traversant la Mรฉditerranรฉe.
Les questions de migration doivent se traiter avec humanisme et notre rรดle aujourd’hui en tant que dirigeants du monde est de construire des ponts entre les peuples et non des murs.
Les migrations constituent une vieille rรฉalitรฉ du monde que nul ne peut nier. A ce propos, Koffi Annan, Ancien Secrรฉtaire Gรฉnรฉral des Nations Unies disait, je cite: ยซ Tant qu’il y aura des nations, il y aura des migrations. Qu’on le veuille ou non, les migrations continueront, car elles font partie de la vie. Il ne s’agit donc pas de les empรชcher, mais de mieux les gรฉrer et de faire en sorte que toutes les parties coopรจrent davantage et comprennent mieux le phรฉnomรจne.

Si des esprits bien inspirรฉs pensent donc pouvoir lutter contre la migration, nous leur proposons une bien meilleure alternative : celle de rรฉguler le phรฉnomรจne pour รฉviter les raccourcis et la stigmatisation du travailleur migrant, considรฉrรฉ, en temps de crise, comme la source de tous les maux du pays d’accueil. ยป. Fin de citation.

โ–ช๏ธDistinguรฉs invitรฉs;
โ–ช๏ธMesdames et Messieurs,

Au Mali, pour rรฉpondre aux dรฉfis migratoires, le Gouvernement a adoptรฉ une Politique Nationale de Migration (PONAM) en 2014. La PONAM est une rรฉponse adรฉquate aux enjeux migratoires. Elle prend en compte l’ensemble des paramรจtres liรฉs ร  la migration.

Il convient de signaler que si des efforts restent ร  faire dans la gestion de la migration, la mise en ล“uvre des diffรฉrents Plan d’actions de la PONAM a permis au Mali d’atteindre des acquis notoires qu’il faut nรฉcessairement consolider. Il s’agit entre
autres:

  • du renforcement de la protection de nos compatriotes en situation de dรฉtresse ร  l’extรฉrieur avec l’assistance ร  plus de 50 000 via des opรฉrations de rapatriement;
  • du soutien ร  plus de 200 projets communautaires en rapport les associations des Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur
  • de l’Accompagnement de plus de 30 000 migrants de retour ร  travers des projets d’insertion;
  • de l’intensification des actions d’information et de sensibilisation sur les risques et dangers de la migration irrรฉguliรจre dans les zones de forte รฉmigration;
  • du renforcement de la coopรฉration internationale sur les enjeux migratoires;
  • de l’amรฉlioration de l’รฉtat des connaissances sur les questions migratoires ร  travers la rรฉalisation de plusieurs รฉtudes;
  • du renforcement de la communication sur les opportunitรฉs d’investissement au
    Mali;
  • de la conception de stratรฉgies et outils opรฉrationnels pour rรฉpondre aux besoins de nos compatriotes รฉtablis ร  l’extรฉrieur.

โ–ช๏ธMonsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Distinguรฉs invitรฉs;
โ–ช๏ธMesdames et Messieurs,

Malgrรฉ ces actions importantes, des dรฉfis majeurs restent encore ร  relever tels que la persistance des flux irrรฉguliers de migration, le dรฉmantรจlement des rรฉseaux de passeurs, le dรฉficit d’opportunitรฉs de migration professionnelle ร  l’international, la mobilisation de la diaspora pour l’investissement productif et la disponibilitรฉ des donnรฉes actualisรฉes relatives aux Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur.

Un autre dรฉfi majeur reste le renforcement de la cohรฉsion, de l’unitรฉ et de l’entente entre nos compatriotes รฉtablis ร  l’extรฉrieur pour impulser davantage les nombreuses initiatives de dรฉveloppement qu’ils portent.
Je voudrais vous rassurer que nos prochaines actions, qui seront robustes et vigoureuses, s’attรจleront ร  rรฉpondre ร  ces dรฉfis dans une approche holistique et une dรฉmarche inclusive.
Par ailleurs, il convient de signaler que mon dรฉpartement va engager, dans les jours ร  venir, un processus de relecture de la PONAM en vue de prendre en compte tous ces nouveaux enjeux et dรฉfis de la migration.

Je reste persuadรฉ que l’organisation de la migration, une migration rรฉguliรจre fera du Mali, le berceau du bonheur recherchรฉ, tant l’apport des maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur demeure important dans l’รฉdification d’un Mali de paix et de stabilitรฉ retrouvรฉes.

โ–ช๏ธDistinguรฉs invitรฉs;
โ–ช๏ธMesdames et Messieurs,
Les prรฉoccupations de nos compatriotes รฉtablis ร  l’extรฉrieur constituent une prioritรฉ รฉlevรฉe pour les plus hautes autoritรฉs du pays. Nous avons hautement conscience des contraintes liรฉes ร  l’accรจs aux documents administratifs et d’รฉtat civil notemment le numero d’identification national ou carte nina..
Je pus vous rassurer, chers compatriotes รฉtablis ร  l’extรฉrieur, qu’en collaboration avec le Ministre d’Etat, ministre de l’Administration et de la Dรฉcentralisation et le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, des actions importantes sont en cours pour trouver une rรฉponse adรฉquate ร  cette รฉpineuse question.
Les prรฉsents Etats gรฉnรฉraux de la migration et des Concertations avec les Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur restent, aussi et surtout, un espace pour fรฉconder les รฉchanges et formuler des propositions pertinentes, rรฉalistes et rรฉalisables aux fins de trouver les solutions appropriรฉes aux prรฉoccupations et de faire de la migration, une source inรฉpuisable de bonheur et de prospรฉritรฉ pour les populations maliennes.
Dans le souci de pereniser le dialogue entre toutes parties prenantes, ร  l’issue des prรฉsents etats generaux, un cadre de concertations sera mis en place. Ce cadre sera un espace de coordination, d’echange et de partage entre le gouvernement, les maliens etablis a l’exterieur et les acteurs natinaux concernรฉs. Il sera un organe consultatif sur la gestion des maliens de l’exterieur et des questions migratoires.

โ–ช๏ธDistinguรฉs invitรฉs;
โ–ช๏ธMesdames et Messieurs;
Je voudrais, ร  ce stade de mes propos, signifier ma pleine gratitude ร  Son Excellence Le Colonel Assimi GOTA, Prรฉsident de la Transition, Chef de l’Etat, remercier Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement Dr Choguel Kokalla.

MAรGA et l’ensemble des membres du Gouvernement pour le soutien total dont nous avons bรฉnรฉficiรฉ dans le cadre de l’organisation des prรฉsents Etats Gรฉnรฉraux de la Migration et des Concertations avec les Maliens รฉtablis ร  l’extรฉrieur.
Ils sont nombreux celles et ceux qui sont venus de loin pour prendre part ร  cette rencontre. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma profonde reconnaissance pour la mobilisation et l’intรฉrรชt portรฉ aux Etats Gรฉnรฉraux de la Migration et la mise en place du cadre de Concertations avec les Maliens รฉtablis ร  l’Extรฉrieur. A toutes et ร  tous, je souhaite un agrรฉable sรฉjour au Mali.
J’exprime ma gratitude ร  l’ensemble des partenaires internationaux qui ล“uvrent de concert avec le Gouvernement pour une meilleure gestion des migrations.
Mes chaleureux remerciements ร  toutes celles et ร  tous ceux qui ont contribuรฉ ร  la bonne organisation de cette rencontre.
Je ne saurais terminer sans appeler nos compatriotes รฉtablis ร  l’extรฉrieur ร  l’union sacrรฉe autour de la construction du pays et les inviter au respect des lois, us et coutumes de leurs pays d’accueil.

Sur ce, je souhaite plein succรจs ร  nos travaux.

Je vous remercie.

๐‘ช. ๐‘ช๐‘ถ๐‘ด / ๐‘ด๐‘ด๐‘ฌ๐‘ฐ๐‘จ

Articles associรฉs