LE Mali célèbre, la journée mondial de lutte contre le paludisme, sous le thème ” Zéro palu! je m’engage”

Au Mali, selon un rapport du ministère de la santé cette maladie a atteint plus de 2 millions de personnes avec 1700 décès en 2018. Le département souligne également que les couches les plus touchées sont les femmes enceintes et les enfants âgés de moins de 5 ans. Le nombre de cas confirmés de paludisme au Mali en 2018 s’élève à plus de 2 million 7 cent mille personnes dont 1 778 décès. Selon les données de l’Enquête Démographique et de Santé du ministère de la santé, le taux de prévalence du paludisme est de 19% au Mali. Selon ce document, les régions les plus touchées par cette maladie sont Sikasso avec 30 %, Ségou 26 % et Mopti 25 %. Bamako et Kidal restent les zones les moins touchées avec un taux de prévalence de 1%. De manière plus globale, dans son rapport 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé affirme que l’Afrique est le continent qui souffre le plus de cette maladie.En 2017, le paludisme a touché 219 millions de personnes dans le monde dont 92% en Afrique, toujours selon le rapport. Le nombre de décès du à cette maladie est estimé à 435 000, dans le monde, avec toujours le taux le plus élevé 93% sur le contient Africain. Au Mali le centre national de formation et de recherche sur le paludisme est chargé de lutter contre la maladie.Les responsables, reste optimiste sur l’avancement de la recherche du vaccin contre la maladie . Selon Docteur Aboubacar sidibé, pour relever le défi lié à l’augmentation du nombre de cas dans les les pays fortement impaludés et inverser cette tendance, une approche dirigée par les pays a été lancée en nombre 2018, avec une ambition de passer d’une charge élevée à un impacte élevé. Soutenu par OMS et le partenariat “faire reculer le paludisme”, la riposte passe par une volonté politique au niveaux national et mondial de réduire le nombre de décès imputables au paludisme.

Cependant, pour Docteur Mohamed Berthé,Conseil technique au Ministère de la santé et de l’Hygiène Publique,la lutte contre le paludisme n’est pas seulement thérapeutique, elle est aussi préventive.Cette prévention est menée dans la recherche de produits nouveau( vaccin entre autres). La surveillance de la sensibilité des antipaludiques et la résistance des vecteurs du paludisme aux insecticides.

Jean Pierre Keita

Source: Mandeinfos

 

Articles associés